Édition : le numérique est un format comme les autres

l_livre-numerique-tva-reduite-commisison-europeenne-avis-motives-franceIl n’est pas rare pour ne pas dire fréquent que l’on fasse des comparaisons lorsqu’on parle d’édition numérique avec l’industrie de la musique, notamment lorsqu’il est question de parler de DRM ou de piratage. Poussons la comparaison sur un terrain que personne n’aborde réellement. Comme je l’ai déjà écrit, le numérique n’est pas une alternative ou un complément au papier contrairement à ce que l’on essaye de nous faire croire, comme si on voulait volontairement minimiser l’impact pourtant bien réel du numérique dans l’édition. Le numérique est un format à part entière dont l’exploitation nécessite la mise en place d’un nouveau modèle économique qui se crée. J’en viens à la comparaison avec la musique. Aujourd’hui lorsque vous voulez écouter votre artiste préféré, vous avez le choix du format : CD (il y a en encore), Vinyl pour les puristes, MP3 – le plus répandu – et le streaming. Oui, c’est vrai, les uns peuvent être l’alternative ou le complément des autres. Mais chaque format a également sa propre existence, une utilisation spécifique.  Depuis que ces formats d’écoute sont à ma disposition, j’écoute plus de musique que jamais. En outre, pour chacun de ces formats, des modèles économiques spécifiques se sont mis en place.

Ce choix de formats ne choque personne (et leur modèle économique respectif), ne suscite plus de débats genre “le numérique va tuer le papier”, “le numérique va tuer les auteurs”, enfin toutes les stupidités du genre que l’on peut lire ou entendre régulièrement sur le sujet, et cela fait longtemps que personne ne se soucie plus de ce que sont devenus les disquaires. Pour le livre, donc, nous allons progressivement vers le même principe de choix des formats de lecture : grand format, poche, numérique et peut-être un jour streaming mais encore là les expériences en cours ne sont pas très concluantes. Économiquement, des maisons d’édition proposeront (elles ont toutes intérêts à le faire) tous ces formats de lecture, alors que d’autres n’exploiteront que le format numérique comme c’est déjà le cas, dans le livre papier, avec le format poche.

Bref, tout cela pour dire que dés lors que l’on considère le numérique comme un format de lecture et non comme une alternative ou un complément au livre papier, la perception change complètement. N’oubliez pas, lorsque le format poche est apparu, tout le monde criait au scandale. Le format poche existe toujours. Le livre numérique est en train de suivre le même chemin.

JFG

NewLogoNL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *